Le trail est une discipline sportive vraiment spécifique qui met le corps du sportif à rude épreuve. Face à un tel niveau d’exigence physique et mentale, il est essentiel de pouvoir compter sur des accessoires qui vont permettre de soulager les muscles durant l’effort. Le bâton est précisément conçu pour aider le coureur dans sa gestion de la consommation d’énergie engendrée par la course. Plus l’épreuve est longue et difficile, plus cet accessoire d’apparence anodine s’avère d’une efficacité redoutable.

Pourquoi utiliser des bâtons de trail ?

Aborder une telle épreuve demande une préparation souvent colossale mais quand on aime, on ne compte pas et bien souvent, les sportifs ne ménagent pas leurs efforts afin d’arriver le jour J dans leur meilleure forme, sur la ligne du départ. L’attention portée à l’équipement de chacun est également essentielle mais encore faut-il songer à emporter avec soi les accessoires les plus pertinents. Si certains coureurs estiment encore que les bâtons de trail représentent une surcharge inutile, nombreux sont ceux qui se sont laissés convaincre ces dernières années. Il suffit, en effet, d’observer les athlètes durant les épreuves les plus importantes de la discipline pour se rendre compte que la plupart d’entre eux ont opté pour l’utilisation des bâtons. Pourquoi un tel engouement ? Les bâtons trail ont plusieurs fonctions durant la course et c’est bien là, leur plus grande qualité. Lorsqu’il faut amorcer une côte particulièrement difficile, le bâton permet au coureur de propulser son corps grâce à ses bras. Ce geste a pour effet immédiat de soulager l’effort demandé aux jambes. Lors de la délicate étape de la descente, le bâton permet d’équilibrer le corps et d’éviter ainsi de nombreuses glissades ou chutes. Il agit également sur la posture du coureur qui adopte alors un mouvement plus sûr et gagne en efficacité. Enfin, lorsque le sportif aborde une portion plate, il bénéficie d’un soutien supplémentaire. A l’instar des adeptes de la marche nordique, le coureur peut espérer conserver une allure régulière ou même relancer celle-ci en cas de fatigue passagère. Les bâtons trail, même s’ils paraissent encombrants de prime abord, sont de vrais atouts pendant la course. Par contre, attention à ne pas les emporter sans entraînement préalable. Le maniement des bâtons demande une certaine technique que l’on ne peut développer qu’après une prise en main de qualité et de nombreux entraînements. L’apprentissage rebute certains coureurs mais c’est un effort qui en vaut la peine.

Comment choisir ses bâtons de trail ?

Choisir ses bâtons n’est pas une décision que l’on prend à la légère, d’autant plus qu’il existe différents types de bâtons. Les plus populaires sont, sans nul doute possible, les bâtons pliables. Ces accessoires astucieux offrent tous les avantages du bâton classique tout en permettant un gain de place considérable. De place, et de poids aussi car ces modèles sont souvent bien plus légers de par leur structure de base. Par contre, cette praticité se fait au détriment de la solidité. Ils sont en toute logique plus fragiles que leurs homologues conçus en une seule pièce. La décision revient donc à chaque coureur en fonction du critère le plus essentiel à ses yeux : l’encombrement ou la robustesse. Le bâton repliable présente un autre inconvénient non négligeable : sa taille n’est pas ajustable. Les bâtons télescopiques représentent une alternative plus qu’honorable dans ce domaine. De par leurs structures, ces modèles sont tout de même plus solides que les bâtons pliables et peuvent donc se régler très facilement. Pour un usage intensif, mieux vaut toutefois privilégier un bâton avec un système de réglage à clip car les vis rencontrent souvent des problèmes à long terme. Le dernier bâton conseillé est somme toute aussi le plus classique. Droit, d’une robustesse à toute épreuve et monobrins, il est également celui qui s’adapte le mieux aux diverses contraintes rencontrées par le coureur : difficultés du terrain, caprices de la météo, facilité de prise en main… Avec lui, pas de surprise, très réactif et particulièrement stable, il offre du confort et du rebond. Finalement, son seul inconvénient est la place qu’il occupe dans l’équipement du sportif. Pour choisir le bâton le plus adapté pour sa pratique personnelle, il faut donc tenir compte de l’usage envisagé (ponctuel, le temps d’un défi sportif ou au contraire, très intensif). Il faut également prendre en considération des questions d’ordre pratique : encombrement, poids, résistance et maniabilité. Une fois le modèle choisi, il reste une question en suspens : la taille. Pour déterminer la hauteur la plus adaptée, sauf pour les modèles pliables qui sont généralement présentés en taille unique, il suffit de réaliser un rapide calcul. En effet, il est de coutume de choisir des bâtons qui mesurent 0.67 fois la taille du randonneur. L’opération est alors très simple : (taille en mètres) x 0.67 = hauteur idéale du bâton.

Les techniques d’utilisation

Comme évoqué précédemment, la prise en main des bâtons demande un entraînement sérieux. Ils doivent s’inscrire dans votre préparation dès le départ. Tout d’abord, il faut savoir qu’il n’y a pas de méthode idéale de manière générale. Les bâtons s’utilisent soit en simultanée soit en alternance mais ce choix dépend profondément du ressenti personnel de chaque coureur. Au cœur de l’épreuve, il est bon de se rappeler quelques astuces essentielles :

Lors d’une montée affichée à plus de 20%, il est important de privilégier les petits pas pour une propulsion optimisée. Lorsque l’on avance le pied gauche, on plante le bâton droit solidement dans le sol et on exerce ainsi une poussée puissante

En descente avec une pente d’au moins 10%, le bâton se plante solidement dans le sol au niveau du pied et permet ensuite de réaliser une enjambée plus ample et plus sûre

Une chose est sûre, les bâtons trail ont de beaux jours devant eux. Leur place aux côtés de tous les coureurs est désormais assurée. Qu’ils soient pliables, téléscopiques ou classiques, les bâtons sont un soutien majeur pour les sportifs qui peuvent ainsi se concentrer sur leur performance tout en soulageant quelque peu leurs muscles durant l’épreuve. Une économie d’énergie qui peut s’avérer cruciale ! D’un point de vue musculaire, ils permettent également de faire travailler bien plus efficacement le haut du corps, en harmonie complète avec les muscles inférieurs. Cet appui bienvenu durant l’entraînement, comme tout au long de la course, soulage également les articulations qui sont malheureusement malmenées à l’extrême sur ce type d’épreuves.