Comment bien choisir ses chaussures de trail ?

Le choix d’une chaussure trail est d’une importance capitale. Il conditionne le niveau de plaisir et de sécurité qui sera le vôtre lors de vos sorties running. Mais compte tenu du nombre de modèles disponibles sur le marché, choisir sa paire de chaussures n’est pas une mince affaire. D’autant que cet achat est un véritable investissement, avec des modèles pouvant coûter plus de 200 euros. À ce prix là, mieux vaut ne pas se tromper ! Découvrez donc comment trouver facilement la paire adaptée à votre pratique sportive et qui comblera tous vos besoins.

Les différentes caractéristiques d’une paire de trail

Bien choisir ses chaussures de course vous permettra de réduire considérablement le risque de blessures et d’assurer des conditions de pratique convenables. Si la chaussure parfaite n’existe pas, il convient en revanche d’en maîtriser les diverses caractéristiques pour trouver le compromis idéal. Le critère principal est évidemment le confort. En ce sens, il est indispensable de toujours essayer une paire avant de l’acheter.

L’amorti est également un critère important, puisqu’il participe à la protection de vos muscles et articulations en absorbant les chocs lors de vos foulées. Différentes technologies existent aujourd’hui sur le marché, tels que le gel ou l’air. Toutefois, un amorti trop important augmentera le poids de votre chaussure et diminuera par conséquent ses performances.

La stabilité et la protection de votre chaussure vous permettront d’arpenter sereinement les terrains accidentés. Votre pied sera parfaitement maintenu dans la chaussure afin d’éviter les entorses. De même, les modèles renforcés vous protègeront des multiples obstacles rencontrés en pleine nature. L’accroche sous la chaussure est tout aussi cruciale car elle doit vous offrir une adhérence suffisante pour affronter tous les types de sol, quelles que soient les conditions météorologiques.

Les chaussures minimalistes

En termes de chaussures, la tendance est actuellement au minimalisme dans l’univers du trail. Les chaussures minimaliste(s) sont des produits qui cherchent à se rapprocher le plus possible de la foulée la plus naturelle qu’il soit, à savoir celle que l’on obtient lorsqu’on court pieds nus. Cela part du postulat qu’un excès d’amorti dénature totalement la foulée et accroît le niveau de chocs sur les articulations. En d’autres termes, trop d’amorti tue l’amorti.

Pour répondre à cela, les chaussures minimaliste(s) s’appuient sur un drop extrêmement réduit. Le drop représente la différence de hauteur entre l’arrière et l’avant de la chaussure. Plus le drop est important, plus la chaussure est lourde et la foulée dénaturée, et inversement. Lorsque vous courrez pieds nus, vous avez un drop nul. C’est cette sensation que les chaussures minimalistes cherchent à reproduire, avec un drop généralement inférieur à 4 millimètres (contre 10 millimètres en moyenne pour un modèle classique).

Le drop et le poids ne sont pas les seuls critères à prendre en considération pour évoquer le minimalisme. Il faut aussi tenir compte de l’épaisseur du talon, généralement corrélée au drop, et de la flexibilité du produit. Il est important de préciser qu’un changement de drop doit se faire de manière progressive, sous peine de s’exposer aux blessures.

 

Connaître son type de foulée

Lorsque vous effectuez une foulée, votre pied réalise naturellement une rotation initiée par la cheville. Ce mouvement correspond au type de foulée et diverge d’une personne à l’autre. Il en existe trois : universelle, pronatrice ou supinatrice. Votre type de foulée déterminera la chaussure trail la plus adaptée afin de prévenir les risques de tendinites.

La foulée universelle, comme son nom l’indique, est la plus répandue (environ 50 % des coureurs). Elle correspond à un mouvement lors duquel la partie de l’avant du pied qui touche le sol est relativement centrée.

40 % des coureurs ont une foulée pronatrice. Cela signifie que le pied termine sa course sur sa partie intérieure, au niveau du gros orteil.

Seulement 10 % des pratiquants de running ont enfin une foulée supinatrice. Cette dernière se matérialise par un mouvement incomplet de l’articulation de la cheville qui entraîne un contact avec le sol du côté extérieur du pied.

Chaque coureur se doit de connaître son type de foulée pour éviter de se blesser. Mais déterminer de manière certaine la façon dont on pose le pied au sol n’a rien d’évident. Vous pouvez toutefois observer l’usure de la semelle de vos anciennes chaussures pour en avoir un aperçu. Si la semelle est usée en son centre, vous avez une foulée universelle. Si elle est abîmée à l’intérieur, il s’agit alors d’une foulée pronatrice. Enfin, si l’avant de la chaussure est nettement marqué du côté extérieur, c’est ce que vous êtes un coureur supinateur. Le meilleur moyen d’en être persuadé est bien entendu de consulter un podologue.

Comment déterminer sa pointure ?

Déterminer sa pointure idéale est fondamental pour exploiter le potentiel de ses chaussures de course. En effet, une chaussure trop grande aura pour conséquence un mauvais maintien du pied et un risque d’entorse. À l’inverse, si vos chaussures sont trop petites, vos orteils vont heurter le bout de la chaussure et vous risquez d’avoir des ampoules qui vous freineront dans votre pratique sportive.

Pour choisir sa paire de chaussures de running, il ne faut pas se fier à la pointure de vos baskets du quotidien. En effet, chaque marque peut chausser différemment et entraîner de mauvaises surprises. 

La meilleure méthode consiste donc à mesurer son pied fort en positionnant une feuille de papier blanc au sol, contre un mur. Collez ensuite votre talon contre le mur en posant votre pied sur la feuille, puis tracez un trait devant votre gros orteil. Mesurez ensuite la distance entre ce repère et le bout de la feuille. Pour obtenir la bonne longueur, ajoutez 1 centimètre à la mesure obtenue. Cela permettra de compenser le gonflement de votre pied lors de vos sessions de course.

Il ne reste qu’à vous reporter aux tableaux de correspondance mis à disposition par les différentes marques de chaussures de course pour connaître parfaitement votre pointure. 

Désormais, choisir ses chaussures de trail n’a plus de secrets pour vous. En effet, connaître les différentes caractéristiques des chaussures et déterminer son type de foulée (universelle, pronatrice ou supinatrice) doit permettre d’investir dans une paire en toute sérénité.
L’amorti, la stabilité, la protection et l’accroche
sont des données à prendre en compte, indispensables à la pratique du trail dans de bonnes conditions. Si la tendance actuelle est au minimalisme pour reproduire au mieux la sensation d’une course pieds nus, le critère le plus important reste le confort du coureur. Que le drop soit élevé ou non, le pratiquant doit se sentir à l’aise dans ses chaussures pour optimiser ses performances et sa progression en minimisant le risque de blessures. Lors de l’achat, il convient de toujours penser à ajouter un centimètre à la mesure prise afin d’anticiper le gonflement des pieds durant l’effort. Il suffit ensuite de se référer aux tableaux de correspondance des marques pour choisir la pointure parfaite.